Parcours Guerre, politique et société (GPS)

Guerre, politique et société (GPS)

sous la direction du professeur Alya Aglan, depuis 2011

Cf. la direction du Master vous informe

Alya Aglan, directrice du parcours GPS

 

Le parcours GPS s'inscrit dans le cadre des enseignements du Master recherche Histoire des Relations internationales et des mondes étrangers. Comme les 6 centres de l'Institut Pierre Renouvin, il développe des recherches inscrites dans le cadre de l'UMR SIRICE.

Ce parcours est dédié aux recherches concernant l'histoire des guerres de l'époque contemporaine (XIX-XXI siècle) dans une perspective délibérément élargie qui prend en compte l'étroite intrication, au sein des sociétés soumises aux conflits inter-étatiques ou intra-étatiques, des sphères militaires, politiques, économiques et culturelles.

  • Séminaire GPS Cultures stratégiques contemporaines (M1)

    Cultures stratégiques XIXe-XXIe siècles - Pr. Alya Aglan

    Séminaire de Master 1

    lundi de 9h00 à 11h00

     

    L’expérience de la guerre, de l’époque des campagnes napoléoniennes à nos jours, a nourri une intense réflexion sur l’art (ou la science) militaire et la manière dont les sociétés perçoivent et envisagent les conflits présents et à venir. Mais l’histoire de la guerre ne saurait être coupée de l’histoire des sociétés qui la mènent et de l’environnement dans lequel elle s’inscrit. La réflexion stratégique, propre à chaque nation, à chaque entité ou aire culturelle, aussi vieille que les conflits eux-mêmes, connaît à partir du XIXe siècle un développement exceptionnel avec l’accroissement des effectifs sous les armes (service militaire) et les profondes évolutions économiques et technologiques. Produits de l’histoire des peuples et de l’évolution des États, les cultures stratégiques nous éclairent sur les courants profonds qui irriguent la réflexion intellectuelle comme sur les ambitions ponctuelles des nations dans les différents domaines de l’activité humaine. Comment envisager les guerres du futur en tirant les enseignements des guerres passées ? Comment évoluent les conceptions et les perceptions de la nature de la guerre au XIXe puis au XXe siècle ? Quels sont les principaux acteurs stratégiques ? Comment les différents facteurs politiques, économiques, culturels, techniques et financiers participent-ils, au fil du temps, à la construction d’une vision particulière de la guerre et à la définition des objectifs stratégiques des États ? A travers l’étude des textes fondateurs des théoriciens et des praticiens de la guerre, il s’agit de confronter la notion de culture stratégique à l’approche historienne dans la longue durée. 

     

    Bibliographie sélective

     

    Alya AGLAN, Robert FRANK (dir.), 1937-1947. La Guerre-monde, Paris, Gallimard, Folio inédit, 2015, 2 vol.

    Raymond ARON, Penser la guerre. Clausewitz, 2 vol., Gallimard, 1976.

    Raymond ARON, Guerre et paix entre les nations, Calmann-Lévy, 1962

    Jean-Louis BRUNAUX, Alésia, Paris, Gallimard, 2012.

    Bruno CABANES (dir.), Une histoire de la guerre, Paris, Le Seuil, 2018.

    Gérard CHALLIAND, Anthologie mondiale de la stratégie. Des origines au nucléaire, Paris, Robert Laffont, 1990 ; Les guerres irrégulières, XXe-XXIe siècles, Folio-Actuel, Gallimard, 2008.

    Carl von CLAUSEWITZ, De la guerre, texte intégral, Éditions de Minuit, 1955.

    Frédéric DESSBERG, Frédéric THEBAULT (dir.), Sécurité européenne : frontières, glacis et zones d’influence. De l’Europe des alliances à l’Europe des blocs (fin XIXe siècle-milieu XXe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007.

    Hervé DREVILLON (dir.), Histoire militaire de la France, Paris, Perrin, 2018.

    Benoît DURIEUX, Clausewitz en France. Deux siècles de réflexions sur la guerre en France, 1807-2007, Economica, 2008.

    Benoît DURIEUX, Jean-Baptiste JEANGENE VILMER, Frédéric Ramel (dir.), Dictionnaire de la guerre et de la paix, Paris, PUF, coll. Quadrige Dicos PUF, 2017

    Gilles FERRAGU, Histoire du terrorisme, Paris, Perrin, 2014.

    Comte Jacques de GUIBERT, Essai général de tactique, Economica, 2004

     Antoine de JOMINI, Les guerres de la Révolution (1792-1797), de Jemmapes à la campagne d’Italie, Paris, Hachette, 1998.

    Jean-Jacques LANGENDORF, Faire la guerre : Antoine-Marie Jomini, Genève, Ed. Georg, 2002.

    John LYNN, De la guerre. Une histoire du combat des origines à nos jours, Tallandier, 2006.

    Jean-Marc MARILL, Histoire des guerres révolutionnaires et impériales. 1789-1815, Paris, Nouveau Monde éditions/Ministère des Armées, 2019.

    Jean-Marc MARILL et Philippe CHAPLEAU (dir.), Dictionnaire des opérations extérieures de l’Armée française de 1963 à nos jours, Editions Nouveau Monde, 2018.

    Éric MURAISE, Introduction à l'histoire militaire (1964), réédition Lavauzelle, 2008.

    Ami-Jacques RAPIN, Jomini et la stratégie, Lausanne, Payot, 2002.

    Jenny RAFLIK, Terrorisme et mondialisation. Approches historiques, Paris, Gallimard, 2016.

    Colonel de RICHOUFFTZ, Pour qui meurt-on ?, ADDIM, 1999.

    Carl SCHMITT, Théorie du partisan, Paris, Champs classiques Flammarion, 1992.

    SUN TZU, L’Art de la guerre, Flammarion, 2008

    MILINDEX, base de données sur le site du Centre de doctrine et d’enseignement du commandement (CDEC) : https://www.penseemiliterre.fr/milindex/plugins/milindex/entry_list.php

     

     

  • Séminaire GPS Historiographie des deux guerres mondiales (M2)

    Historiographie des deux guerres mondiales XIXe-XXIe siècles : le monde en guerre au XXe siècle. Comment travaillent les historiens - Pr. Alya Aglan

    Séminaire de Master 2

    vendredi de 9h00 à 11h00

     

    Ce séminaire est destiné aux étudiants de Master 2 et de doctorat qui s’intéressent aux études sur la guerre, au croisement de l’histoire militaire, politique, économique et sociale, culturelle et religieuse en prenant en compte les principaux apports des sciences humaines et sociales. Le premier semestre sera consacré aux grandes problématiques et à l’évolution de l’historiographie, française et étrangère, des deux guerres mondiales dans une perspective comparatiste tandis que le second semestre sera centré sur le développement des thèmes liés à la Seconde Guerre mondiale et aux conflits du second XXème siècle. Il s’agit de s’interroger sur l’adaptation constante au présent des méthodes de recherche et des angles d’approche, sur le renouvellement des sources utilisées par les historiens selon les époques auxquelles surgissent les questionnements. Comment évoluent les réflexions sur la guerre et sur la paix dans le long XXe siècle, sur les relations entretenues par les démocraties, les régimes autoritaires ou les dictatures avec les forces armées, sur le rôle des acteurs dans la guerre ou l’implication des civils dans les conflits, sur les rapports entre individus, communautés et États, entre occupant et occupés. A travers l’étude de documents, dont le statut doit être préalablement défini, les chantiers, anciens et nouveaux, seront examinés dans une perspective de connaissance des multiples enjeux soulevés par les études sur la guerre dans les sociétés contemporaines.

     

    Orientation bibliographique 

     

      Dictionnaires et instruments de travail :

    Azéma J.-P., Bédarida F. (dir.), 1938-1948. Les années de tourmente, de Munich à Prague. Dictionnaire critique, Paris, Flammarion, 1995.

    Cointet M., J.-P., Dictionnaire historique de la France sous l’Occupation, Paris, Tallandier 2000.

    Audoin-Rouzeau, Stéphane, Becker, Jean-Jacques (dir.), Encyclopédie de la Grande Guerre 1914-1918. Histoire et culture, Paris, Bayard, 2004, nouvelle édition poche Perrin/Tempus, 2012.

    Cazals, Rémy, Les mots de 14-18, Toulouse, PUM, 2003.

    CRID 14/18, Lexique des termes employés en 1914-1918, en ligne www.crid1418.org/espace_pedagogique/lexique/lexique_ini.htm

    Laborie, Pierre, Penser l’événement 1940-1945, Paris, Gallimard, Folio inédit, 2019.

    Loez, André, Petit répertoire critique des concepts de la Grande Guerre. En ligne : http://www.crid1418.org/espace_scientifique/textes/conceptsgg_01.htm

    Marcot, François (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Robert Laffont, 2006.

     

      Ouvrages généraux :

    Aglan A., Frank. R., 1937-1947. La Guerre-monde, Paris, Gallimard, Folio inédit, 2015, 2 vol.

    Azéma, J.P., Bédarida, F. (dir.), Vichy et les Français, Fayard, Paris, 1992.

    Azéma J.-P., Bédarida F. (dir.), La France des années noires, 2 tomes, Paris, Seuil, 1993.

    Beaupré, Nicolas, Krumeich, Gerd, Patin Nicolas, Weinrich Arndt (dir.), La Grande Guerre vue d’en face. Vue de France / Vue d’Allemagne, Paris, Albin Michel, 2016.

    Beaupré, Nicolas, Les Grandes Guerres, 1914-1945, Paris, Gallimard Folio, 2019.

    Chickering Roger, Förster Stieg and Greiner Bernd (eds.), A World At Total War. Global Conflicts and the Politics of Destruction, 1937-1945, Cambridge, 2005.

    Durand, Y., La France dans la deuxième guerre mondiale (1939-1945), Paris, Armand Colin, 1989.

    Durand, Y., Le nouvel ordre européen nazi (1938-1945), Complexe, Bruxelles, 1990.

    Duroselle, J.B., Politique étrangère de la France (2 vol.). La décadence 1932-1939 ; L’abîme 1939-1944, Paris, Imprimerie Nationale, 1979, 1986 (réédition Points Seuil).

    Hilberg, R., La destruction des juifs d’Europe, Paris, Fayard, 1988 (réédition 2006, Folio Histoire, 3 vol.).

    Keegan, J., La Deuxième Guerre mondiale, Perrin, 1990.

    Kershaw, I., Qu'est ce que le nazisme ? Problème et perspectives d'interprétations, Paris, Gallimard, 1997 (1ère édit. : 1992)

    Loez, André, La Grande Guerre, Paris, La Découverte, 2010.

    Loez André, Offenstadt Nicolas, La Grande Guerre, Carnet du centenaire, Paris, Albin Michel, 2014.

    Niall Ferguson, The War of the World, History’s Age of Hatred, London, Penguin Books, 2007.

    Prost, Antoine, Winter, Jay, Penser la Grande Guerre. Un essai d’historiographie, Paris, Seuil « L’Histoire en débats », 2004.

    Théofilakis, Fabien, Les prisonniers de guerre allemands. France, 1944-1949. Une captivité de guerre en temps de paix, Paris, Fayard, 2014.

    Weinrich, Arndt, Gilles, Benjamin, 1914-1918, une guerre des images, France-Allemagne, Paris, La Martinière, 2014.

    Winter, Jay (Dir.), La Première Guerre mondiale, Paris, Fayard, 3 vols., 2013-2014.

     

      Quelques études particulières :

    A L’Est du nouveau. Archéologie de la Grande Guerre en Alsace et Lorraine, Strasbourg, Musées de la Ville de Strasbourg, 2013.

    Aglan, Alya, Frank, Robert (dir.), 1937-1947. La Guerre-monde, Paris, Gallimard, Folio inédit, 2015, 2 vol.

    Aglan, Alya, Le Temps de la Résistance, Arles, Actes Sud, 2008.

    Beevor, Anthony, Stalingrad, Paris, Livre de Poche, 2001.

    Burrin, Philippe, La France à l’heure allemande 1940-1944, Paris, Le Seuil, 1995.

    Christopher R.Browning, Les origines de la Solution finale, Paris, Point Seuil, 2007.

    Chapoutot, Johann, La loi du sang. Penser et agir en nazi, Paris, Gallimard, 2014.

    Eismann G., Martens, S., Occupation et répression militaire allemandes. La politique de « maintien de l’ordre » en Europe occupée, 1939-1945, Paris, Autrement, 2007 [en ligne : www.cairn.info/occupation-et-repression-militaire-allemandes--9782746709300.htm].

    Garapon, A., Des crimes qu’on ne peut ni punir ni pardonner, Paris, Odile Jacob, 2002.

    Goschler, C. ; Ther, P., Andrieu, C. (dir.), Spoliations et restitutions des biens juifs, Europe XXe siècle, Paris, Autrement, 2007.

    R.D.Foot, M., J.L. Crémieux-Brilhac, Des Anglais dans la Résistance. Le SOE en France, 1940-1944, Paris, Tallandier, 2008 et 2011.

    Gerwarth, Robert, Les vaincus. Violences et guerres civiles sur les décombres des empires : 1917-1923, Paris, Seuil, 2017

    Herbert, U. Werner Best. Un nazi de l’ombre, Paris, Tallandier, 2010.

    Histoire@politique, n°9, septembre-décembre 2009, Nouveaux regards sur l’histoire de la France dans la Seconde Guerre mondiale (en ligne).

    Horne, John, Kramer, Alan, 1914, Les atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005 (réédition poche Tempus, 2011).

    E. Jäckel, La France dans l’Europe d’Hitler, Fayard, Paris, 1968.

    Barbara Lambauer, Otto Abetz et les Français ou l’envers de la collaboration, Paris, Fayard, 2001.

    Markovits, Claude, De l’Indus à la Somme : Les Indiens en France pendant la Grande Guerre, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2018.

    Prost, Antoine, Les anciens combattants (1914-1939), Paris, Gallimard, 1977.

    Rousseau, Frédéric, 14-18, penser le patriotisme, Paris, Gallimard, Folio, 2018.

     

     Quelques témoignages :

    Ferry, Abel, Carnets secrets 1914-1918, Paris, Grasset, 2005.

    Birnstiel Eckart, Cazals Rémy, éds, Ennemis fraternels 1914-1915. Hans Rodewald, Antoine Bieisse, Fernand Tailhades. Carnets de guerre et de captivité, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2002.

    Marthe, Joseph, Lucien, Marcel, Papillon, « Si je reviens comme je l’espère ». Lettres du front et de l’arrière (1914-1918), Paris, Grasset, 2003, 400 p. Edition de poche, Tempus, Perrin, 2005.

    Klemperer, Victor, LTI, la langue du IIIe Reich, Paris, Albin Michel, 1996.

    Speer, Albert, Au Coeur du Troisième Reich, Fayard/Pluriel, 2010.

    Ulrich, Bernd, Ziemann, Benjamin éd., Frontalltag im Ersten Weltkrieg. Wahn und Wirklichkeit, Francfort, Fischer, 1994, 232 p. [Recueil de textes et témoignages commentés de soldats allemands]

  • Séminaires extérieurs conseillés dans le Parcours GPS

    Trois séminaires susceptibles d’intéresser certains étudiants du parcours guerre, politique et société en M1 ou en M2

     

    Archéologie des Cités États mésopotamiennes

    Pascal BUTTERLIN (UFR d’Histoire de l’art et d’archéologie - Paris 1)

     

    Les grandes Cités États mésopotamiennes du IIIe millénaire. Des études de cas sont proposées à partir de la compréhension dans la longue durée de sites archéologiques, souvent situés aujourd’hui en zone de guerre : approche critique des données archéologiques mais aussi discussion des enjeux patrimoniaux et de la construction des récits nationaux à travers l’approche dans la longue durée de la notion de Cité et de "naissance de la civilisation urbaine ».

     

     

     Pourquoi la dissuasion ? Introduction aux questions stratégiques   

    Céline JURGENSEN (ENS-Ulm, Centre interdisciplinaire d’études sur le nucléaire et la stratégie) 1er semestre. contact :ciens@ens.fr 
     

    Les grandes crises de sécurité internationale récentes sont venues rappeler à quel point les politiques de puissance menées par les États restent un facteur structurant de la scène mondiale. Pour un pays comme la France, État doté de l’arme nucléaire, intégré dans un réseau d’alliances et de solidarités, conservant des capacités militaires autonomes sur l’ensemble du spectre malgré un cadre financier contraint, chacune de ces crises vient reposer la question de ses responsabilités internationales et de la bonne politique de défense à poursuivre. Quelles menaces affronter en priorité, quelles alliances consolider, quel « policy mix » de capacités conventionnelles et nucléaires développer ? La dissuasion nucléaire reste t-elle un fondement nécessaire et comment doit-elle s’articuler avec les autres outils stratégiques ? Quelle dimension européenne de la dissuasion française ? Comment communiquer en matière de dissuasion ? une série de questions stratégiques clés pour la bonne compréhension des enjeux de sécurité internationale et de défense contemporains (dissuasion nucléaire, prolifération des armes de destruction massive, maîtrise des armements et désarmement, équilibres stratégiques, aspects européens, débats juridiques et éthiques, enjeux économiques …), en les inscrivant dans l’actualité des grandes crises et zones instables actuelles : Iran, Corée du Nord, Asie, relation russo-américaine ...

     

    Histoire et mémoire du nazisme dans les deux Allemagne. Perspectives comparées (RFA-RDA)

    Nicolas OFFENSTADT et Marie-Bénédicte VINCENT – ENS-Ulm (second semestre)

     

    Histoire croisée des mémoires du nazisme dans les deux Allemagne de 1945 à la réunification : la dénazification après 1945 et la constitution de mémoires de la Shoah, le face à face des deux États allemands, lieux de commémoration dans le sillage d’une l’historiographie récente invitant à écrire une histoire partagée des Allemands depuis 1945.