L'équipe du CHRIC

L'équipe qui encadre les jeunes chercheurs est composée du professeur Laurence Badel, et des maîtres de conférences Anne Couderc et Jean-Michel Guieu.

Elle oriente les étudiants de licence désireux de s'engager dans un cycle de master.

Elle définit les orientations scientifiques du Centre en lien avec les partenariats établis par celui-ci.

  • La directrice

    Laurence Badel est la directrice du Centre.

    Laurence Badel, directrice du CHRIC

     

    Ses premières recherches ont développé une approche transnationale de l'histoire de la construction européenne en s'intéressant aux relations transfrontalières nouées par les dirigeants du secteur de la grande distribution des années 1920 aux années 1950. Elles ont mis au jour les pratiques de lobbying exercées, via des associations privées, sur les milieux politico-administratifs européens. Elles ont enfin établi les termes de l'alternative qui devait marquer les débuts de l'intégration économique entre constitution d'une zone de libre-échange et création d'une union douanière autour de l'espace rhénan.

    Ses recherches se sont ensuite portées sur la reconstitution de l'histoire de la diplomatie économique de la France au XXe siècle, entre guerre économique et diplomatie d'influence.

    Ses recherches actuelles portent sur les cultures diplomatiques de l'Europe et sur les relations extérieures de l'Union européenne en particulier avec la sphère asiatique.

  • Les enseignants chercheurs

     Anne Couderc

    Anne Couderc

     

    Anne Couderc est maître de conférences en histoire contemporaine des relations internationales depuis 2001.

    Responsabilités :

    • Membre de l’UMR 8138 SIRICE (Sorbonne – Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe),
    • membre du LabEx EHNE (Écrire une histoire nouvelle de l’Europe), axe 5 « L’Europe des Guerres et des traces de guerre »,
    • membre associée du Centre de Recherches en Histoire Moderne (KENI) de l’Université de Sciences Politiques et Sociales Panteion d’Athènes,
    • ancien membre scientifique de l’École française d’Athènes.

     

    Agrégée d’histoire, elle a soutenu une thèse de doctorat d’histoire à l’Université de Paris 1, intitulée États, nations et territoires dans les Balkans. Histoire de la première frontière gréco-ottomane, 1827-1881, sous la direction du Pr. Spyros Asdrachas (2000).

    Elle anime, dans le cadre du Master Histoire des relations internationales et des Mondes étrangers :

    • le séminaire de méthodologie de M1 : Initiation aux méthodes de la recherche en histoire des relations internationales/Guerre, politique et sociétés (en collaboration avec Jean-Michel Guieu et Nicolas Offenstadt)
    • le séminaire de M1 et M2 Circulations, frontières, identités (en collaboration avec Corine Defrance).

     

     

    Jean-Michel Guieu

    Jean-Michel Guieu

     

    Jean-Michel Guieu est maître de conférences en histoire contemporaine des relations internationales depuis 2006.

     

    Membre de l’UMR 8138 SIRICE (Sorbonne – Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe) :

    • co-directeur du thème 2 - Pratiques et cultures politiques ;
    • membre du Comité de rédaction des Cahiers Sirice

    Autres responsabilités : 

    • membre du Conseil d'administration de la BDIC (Nanterre) ;
    • csecrétaire et membre du Comité de rédaction de la revue Relations internationales (PUF) ;
    • co-rédacteur en chef et membre du comité de rédaction de la revue Monde(s) Histoire Espace Relations (PUR) ;
    • membre du comité de rédaction de la revue Matériaux pour l'histoire de notre temps (Association des amis de la BDIC-Nanterre) ;
    • membre du comité de rédaction du Bulletin de l'Institut Pierre Renouvin (Université Paris-1)

     

    Agrégé d'histoire, il a soutenu une thèse de doctorat d'histoire à l'Université de Paris 1, intitulée Les apôtres de l'« esprit de Genève ». Les militants français pour la Société des Nations dans la première moitié du XXe siècle, sous la direction du Pr. Robert Frank (2004).

    Il anime, dans le cadre du Master Histoire des relations internationales et des Mondes étrangers, le séminaire de méthodologie de M1 : Initiation aux méthodes de la recherche en histoire des relations internationales/Guerre, politique et sociétés (en collaboration avec Anne Couderc et Fabien Théofilakis)

     

    Robert Frank

    Robert Frank

    Robert Frank, professeur émérite en histoire des relations internationales, fut directeur du CHRIC de 1994 à 2012 et responsable de l'UMR IRICE, puis SIRICE, de 2002 à 2012.

    Il est actuellement directeur de publication de la revue Monde(s). Histoire, Espaces, Relations.

  • Les docteurs et post-doctorants
    • AZIKI Yasmina

    La genèse de l'aide au développement dans les pays du MENA (Middle East-North Africa). Coopération internationale et intégration régionale (1960-1990), thèse de doctorat soutenue en 2019 sous la direction du Pr. Laurence Badel

     

    • FLATEAU Cosima 

    Le Sandjak d'Alexandrette (1920-1949) : enjeux stratégiques et identitaires, thèse de doctorat soutenue en 2020 sous la direction du Pr. Laurence Badel

     

    • JESTIN Mathieu

    Le consulat-général de France à Salonique (1781-1913), thèse de doctorat soutenue en 2014 sous la direction du Pr. Robert Frank

     

    • LE CHAFFOTEC Boris

    L'exceptionnalisme dans la politique étrangère des Etats-Unis durant l'après Guerre froide, discours et pratiques (1989-2009), thèse de doctorat soutenue en 2014 sous la direction du Pr. Robert Frank

     

    • REGNAULD Amélie

    La RDA en Egypte, 1969-1989. La construction d'une politique étrangère : de la "solidarité anti-impérialiste" aux "avantages réciproques", tse de doctorat soutenue en 2015 sous la direction du Pr. Robert Frank.

     

  • Les doctorants

    ​​​​​

    • PAQUIRY Nythia (depuis 2014)

    Le service juridique du ministère français des Affaires étrangères (1835-1939). Agents, expertise et réseaux

     

    La thèse porte sur les hommes en charge du traitement du contentieux au Quai d’Orsay entre 1835 et 1939. En effet, la tâche qui consiste à faire juger un litige interétatique ou entre un ressortissant étranger et l’État, est remplie à partir de 1835 par le comité consultatif du contentieux, un organe collégial constitué au sein du ministère, mêlant juristes, hommes politiques et diplomates. Puis, à partir de 1890, à la suite de la nomination de Louis Renault qui officie jusqu’en 1918, elle est  partagée avec le jurisconsulte du ministère des Affaires étrangères.

     

    L’objet de l’étude est donc d’approfondir la corrélation existant entre la construction du droit international et celle du département juridique aux Affaires étrangères. Il s’agit de démontrer comment ce service, tant par son organisation que son fonctionnement, ainsi que par le recrutement de son personnel participait grandement aux tractations diplomatiques et aux bouleversements en matière de droit international qu’a connu le XIXe siècle. Notre approche sociologique de la profession de conseiller juridique se fond au sein d’une histoire globale du département en charge du contentieux au Quai d’Orsay et de l’évolution du droit international.

    Notre thèse consistera donc à se détacher du discours téléologique, prégnant sur cette question, pour démontrer en quoi le second XIXe siècle constitue une période charnière avec la  gestation d’un service juridique contemporain et novateur.

     

    Formation

     2014 : M2 d’histoire contemporaine des relations internationales, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction de Laurence Badel, Mention Très Bien

    2013 : M1 d’histoire contemporaine des relations internationales, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction de Laurence Badel

    2012 : Licence d’histoire parcours géographique, Université Paris IV Sorbonne

    Khâgne au lycée Hélène Boucher, Paris

     

     

    • LI Xiaoyin (depuis 2014)

    Les diplomaties économiques de l’Europe en Chine au prisme de l’essor de l’interrégionalisme en Asie depuis les années 1990

     

    • WURSTHORN Kévin (depuis 2015)

    La force du faible : l'expansion de la présence française dans le golfe Persique (des années 1950 aux années 1980)

    Cette thèse aborde le sujet en plaçant l’entreprise, les hommes qui l’animent et leurs interlocuteurs locaux, au cœur de la réflexion et en articulant l’action des acteurs privés et publics engagés sur le terrain pour développer la présence économique et culturelle de la France dans un environnement fortement marqué par l’influence anglo-saxonne. Dans les Emirats, les entreprises pétrolières françaises nouèrent des contacts avec les responsables locaux, bien avant que la France n'y installât une représentation diplomatique en 1971. En ce sens, ces entreprises développèrent une véritable diplomatie d’entreprise, fondant une politique d’influence originale, encore peu étudiée par les historiens, et dont l’examen participe d’une histoire renouvelée des pratiques diplomatiques contemporaines. La France et la Compagnie française des pétroles (CFP) s'appuyèrent notamment sur un réseau local intégré à la société et témoignant de son évolution. Située à l’intersection de l’histoire des relations internationales, de l’histoire sociale, de l’histoire des entreprises, la thèse entend conjuguer l’approche économique et l’approche culturelle, pour éclairer l’histoire contemporaine d’une région, le Golfe persique, devenue, dans la seconde partie du XXe siècle un acteur autonome des relations internationales.  Si les années 1950 voient les premières exportations de pétrole des émirats et l'élargissement du champ d'action de la CFP au Moyen-Orient ; les années 1980 marquent une rupture dans la stratégie française avec la révolution iranienne et la guerre Iran-Irak. Les réseaux locaux, tissés depuis plus de 30 ans, sont partiellement remis en cause et la France doit, malgré elle, prendre parti entre deux de ses partenaires stratégiques au Moyen Orient.

     

    Formation

    2013-2015: professeur d'histoire-géographique dans le secondaire

    2013 : Agrégation d’histoire

    2011 : Master 2 d'histoire des relations internationales, sous la direction de Robert Frank et d'Alain Beltran, " Les relations entre Total et le Qatar de 1935 à nos jours ". Master 2 pro de géopolitique à l'Ecole Normale Supérieure (Ulm) et Paris 1. 

     

    • GOZO Kodzo (depuis 2017)

     Les ambivalences des relations germano-togolaises, entre mémoire, intérêts et partenariat d'égaux

     

    • BURGDORFF Célia (depuis 2019)

    Une "Europe forteresse" ? Regards extérieurs dans l'Union européenne dans les médias (Amériques, Afrique, Asie)

     

    • PRIOU Marc-Henri (depuis 2019)

    Apprivoiser le dragon, une étude à rebours : acteurs infranationaux français et approche territoriale des relations internationales dans la Chine (1978-2001)